03.22.71.17.00 contact@languepicarde.fr
Article 0
Sélectionner une page

Et pis un jour

Où l’on verra comment est née la Compagnie du reste ici

C’est dans l’atelier de Christiane Calonne que naquit l’idée de créer une « mise en conte » des têtes et masques conçus par notre bricoleuse, à l’aide de toutes sortes de matériaux de récupération. Bois flottés, pièces de machines, ustensiles en métal rouillé… le tout assemblé, collé, vissé, retenu avec bouts de ficelles et de cordes.
Il fallait aller au-delà de la simple exposition. Alors, pourquoi ne pas raconter l’histoire de chaque personnage ? Faire en sorte de passer à une « exposition contée » au cours de laquelle les héros apparaîtraient chacun à leur tour. Le public assistant à une élaboration progressive d’une sorte de tableau de famille.
On se devait aussi de rester dans cet esprit de l’art singulier. Le décor ferait appel au dérisoire : simples planches de bois vermoulues sur socles de métal rouillé, vulgaires cageots défraîchis, bassines et vieux seaux usés par le labeur.
Sur le principe de courtes fables, nos deux conteurs brossent une galerie de personnages où chacun peut y reconnaître une voisine, un vieil oncle ou une bonne marraine avec leurs petits défauts et surtout leurs grands secrets.
Chaque histoire a été construite sur le schéma très simple : mise en place et description des divers protagonistes, suivis des mots récurrents « et pis un jour… » qui amènent un profond bouleversement dans la vie monotone de chacun. « Alors le banal fait place au sublime. »
A été pris le parti de dire avec les sonorités et les mots de la langue picarde mais avec la constante volonté et le souci majeur d’éviter le vulgaire, le trivial ou le grossier. « Jus de mots » et « jus de scène » fusent et s’entrechoquent. Rires et gravité se mêlent, tendresse et humour noir s’accouplent.

« Et pis un jour… » à sa création en 2008, a bénéficié de l’aide à la diffusion culturelle du départements du Nord et de celui du Pas de Calais.

« Vir « et pis un jour.. », pour quiqu’un qu’il o fin cair [[avoir fin cair : aimer beaucoup]] el téyate ch’r’est core, « vir el bon Diu par un pitit trow ! » tellmint qu’ chelle Criquette pis ch grin Jacquot, qu’ ch’est des gins d’afu[[gins d’afu : habiles professionnels]] pou nous faire rire et pis s’émotionner ed parsonnaches equ ch’est tout l’ rator [[rator : portrait]] ed ches vrais gins.
Un bon consel, mes gins : dijez don aveuc nouzautes « Et pis un jour… » faut qu’ j’y vache vite et rade !
Ej vous souate à tartous ed n’in prinde eune bonne panchie ! » Dziré (Ablain Saint Nazaire, 62), le 24/10/2008

« Ils ont un petit air de clown ou de petit prince égaré. Délicats, élégants, ils oscillent entre le conte et le théâtre. Ils partagent leurs souvenirs …qui sont un peu les nôtres. Leur langue est belle, sonore, drôle, jamais vulgaire, jamais excessive… Le couple de comédiens, auteurs et metteurs en scène de la Compagnie du Reste ici, se dit « saltimbanques » et « bateleurs ». Ils sont surtout créateurs de spectacles tendres et poétiques… à ne jamais manquer. » Marie Pierre Griffon, L’Écho du Pas-de-Calais

Spectacle :
Textes : Christiane Calonne et Jacques Dupuich
Mise en scène : Jacques Dupuich
Paysage sonore : Christiane Calonne
Décors : Christiane Calonne
Lumière : François Cordonnier
Photos : la compagnie du reste ici

Fiche technique :
Le spectacle est destiné à un public de plus de 12 ans
Le spectacle dure 1h30
– Pour les salles dédiées aux spectacles, un plan de feu est fourni pour pré-installation
Montage : 4h. Démontage : 1h
– Pour les autres lieus
La salle est dans le noir et dispose d’un espace scénique d’au moins 5m de large sur 4m de profondeur ainsi que d’une Prise électrique en coulisse ou très proche du plateau.
Le fond de scène est noir (mur ou rideau de couleur unie)
Montage : 6h. Démontage : 2h
Si la salle ne dispose pas d’équipement, projecteurs et fond de scène peuvent être fournis