03.22.71.17.00 contact@languepicarde.fr
Article 0
Sélectionner une page
C’est inédit sous la Vème république ! Jeudi 8 avril, avec plus de 75% des voix, rassemblant un large consensus de la droite à la gauche, les députés ont dit « OUI » à la proposition de loi du député Paul Molac, pour la Protection patrimoniale des langues régionales et leur promotion. C’est la 1ère loi en faveur les langues régionales votée en France depuis 70 ans ! Un moment historique pour les langues de France et donc, pour les langues régionales des Hauts-de-France : le picard (appelé chti dans le Nord de la région) et le flamand occidental! Mobilisée dans cette proposition de loi aux côtés d’associations représentant les Langues de France, l’Agence régionale de la langue picarde se réjouit de ce vote et des nouvelles perspectives pour la langue picarde dont elle assure la promotion dans la région Hauts-de-France.

Un appel à soutenir la proposition de loi, entendu par les députés de la Région

Engagée dans ce débat, la présidente de l’Agence, Anne Tiberghien a lancé un appel à tous les députés des Hauts-de-France, pour soutenir et voter en faveur de la proposition de loi portée par Paul Molac. Plusieurs élus de notre région, toutes tendances politiques confondues, comme Aude Bono-Vandome ou Julien Dive, ont répondu favorablement à ce courrier et ont pris la parole à l’Assemblée Nationale pour affirmer leur position et demander l’approbation de cette loi. L’Agence régionale de la langue picarde tient à remercier très sincèrement tous ces députés qui ont soutenu Paul Molac, et qui à travers leur vote ont témoigné de leur engagement en faveur des langues régionales.

Un soutien politique uni qui marque un nouvel élan ?

C’est ce qu’espère l’Agence régionale de la langue picarde, car aujourd’hui, force est de constater que la langue picarde (appelée chti dans l’Académie de Lille) n’est pas enseignée dans les établissements scolaires de la région Hauts-de-France. La prochaine étape sera de demander aux rectorats de Lille et Amiens de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour appliquer cette nouvelle loi qui précise que « l’Etat et les collectivités locales concourent à l’enseignement, à la diffusion, et à la promotion des langues régionales ». Portée par cet élan, la voie est aujourd’hui ouverte, et espérons que bientôt la langue picarde soit au programme des établissements de notre région !