Os avez ti éne question ?

Pour en savoir plus sur la langue picarde.

Choisissez votre question :

Le picard est-il une langue ?
Le picard est une langue indo-européenne parlée depuis plus de 1000 ans. C’est une langue belgo-romane appartenant au groupes des langues gallo-romaines septentrionales (dites « d’oïl »).

Le picard est donc apparenté au français, mais constitue, d’un point de vue linguistique, un système distinct de la langue nationale, avec une grammaire, une phonologie, un lexique particulier. Il ne s’agit ni d’une déformation du français, ni d’un dialecte de cette langue, comme l’a montré le Professeur Cerquiglini dans son rapport de 1999 sur les langues de France.

Le picard, couramment désigné dans le Nord et le Pas-de-Calais comme « patois du Nord », « chtimi » ou « rouchi », est une langue régionale de France reconnue par le Ministère de la Culture. Selon les termes de l’article 75-1 de la Constitution de la République française, il appartient, à ce titre, au patrimoine de la France.

Le picard a également le statut de « langue régionale endogène » en Belgique, en vertu d’un décret de la Communauté Wallonie-Bruxelles pris en 1990.

 

 

Où parle-t-on picard ?
le picard est une langue romane spécifique à la Picardie, le Nord-Pas-de-Calais ainsi que la province belge du Hainaut.

Carte du domaine linguistique picard établie par l’Université de Picardie jules Verne sur la base des travaux de Raymond DUBOIS.

 

Le picard est parlé selon les départements par 11 à 23 % de la population.

 

Quelles sont les caractéristiques du picard ?
Le picard provient du latin parlé en Gaule durant la présence romaine. Il a été influencé plus fortement que les autres langues par les invasions germaniques et a évolué différemment du français.

Le picard se caractérise par :

  • Le maintien du son [k] latin qui a évolué en [ch] en français :
    Latin Picard Français
    Capellu Capiau/Capieu Chapeau
  • Le maintien du son [g] latin qui a évolué en [j] en français :
    Gamba Gambe Jambe
  • Une évolution différente des combinaisons CE ou CI du latin :
    Cinere Chinde Cendre

Le picard possède en outre ses propres formes grammaticales, comme l’adjectif devant le nom, comme en anglais, et un vocabulaire particulier : mucher (cacher), déjouquer (se lever), gaïole (cage), saquer (tirer), maguette (chèvre)…

Le picard possède un vocabulaire riche d’environ 200 000 mots.

Le picard a-t-il une littérature ?
Le picard possède un très riche passé littéraire. Au Moyen Âge : on peut parler, avec la linguiste Henriette Walter, d’une véritable « expression picarde« . La littérature picarde est vieille de 11 siècles, puisqu’on trouve les premières traces dans la Cantilène de Sainte Eulalie (région de Valenciennes) au IX ème siècle. Entre les XII èmes et XIV èmes siècles, la littérature picarde s’est épanouie avec notamment la prestigieuse école arrageoise (Jean Bodel, Adam de la Halle, etc.) qui a rayonné sur toute l’Europe médiévale, mais aussi le chroniqueur valenciennois Jean Froissart, la chantefable Aucassin et Nicolette, des fabliaux, etc. La scripta (langue écrite) picarde était également utilisée dans les textes juridiques (chartes, etc.)

Le XIX ème siècle a été une sorte d’âge d’or de la littérature picarde avec des auteurs comme Jules Mousseron de Denain (Cafougnette), Alexandre Derousseaux à Lille (Le p’tit quinquin), Édouard David à Amiens (Les hortillonnages) ou Philéas Lebesgue près de Beauvais (L’cloque dé l’toussaint).

Au XX ème siècle, des auteurs se sont emparés du picard pour en faire une vraie langue littéraire : on peut citer Géo Libbrecht et ses successeurs de « l’école de Tournai », Pierre Garnier à Amiens avec sa poésie spatialiste, Pierre Ivart de Berck, Lucien Suel d’Isbergues. Des auteurs reconnus nationalement introduisent du picard dans leurs œuvres en français comme Michel Quint ou encore le traducteur Freddy Michalski. L’anthologie La forêt invisible (Maison de la Culture d’Amiens, 1985) donne une idée de cette grande richesse méconnue.

 

La traduction en picard s’est largement développée ces dernières années : Tintin, Astérix, Le petit prince, Martine, Les Simpson, Le petit Nicolas… On note aussi l’apparition de livres pour enfants tel que Ch’leu qu’i voloait canger d’couleur paru en 2016 aux éditions Auzou.

Aujourd’hui, le Prix de littérature en picard organisé annuellement par l’Agence régionale de la langue picarde, réunit chaque année des dizaines d’auteurs dont beaucoup d’auteurs nouveaux. On considère qu’il y a aujourd’hui 400 écrivains qui utilisent le picard pour leur production.

Cinq idées reçues sur le picard :

1 - Le picard, c'est du français déformé
Le picard est une langue d’origine latine qui appartient, comme le français, aux langues d’oïl. Néanmoins le picard ne vient pas du français, il vient directement du latin apporté par les Romains en Gaule, puis il a été influencé par les envahisseurs germaniques à la chute de l’empire romain. Il possède son propre vocabulaire et sa propre grammaire.

Le picard est souvent plus proche du latin que le français (ex : gamba en latin, gambe en picard, jambe en français).

2 - Le picard, c'est juste un accent
tout le monde a un accent qui peut-être lié à son origine sociale ou géographique. L’accent picard vient des caractéristiques phonétiques de la langue régionale mais parler avec l’accent picard ne signifie pas parler picard. Le picard a son propre vocabulaire qui est souvent distinct du français. Prononcer un mot français avec l’accent picard ne suffit pas à parler picard.
3 - Il n'y a plus que les anciens qui parlent picard
Il est vrai qu’il y a de moins n moins de gens qui parlent picard et que ceux qui le parlent encore sont souvent des gens âgés. mais le picard est encore très présent autour de nous dans les noms de lieux, les expressions, les noms de famille. Aujourd’hui, le picard est une langue qui peut s’apprendre et de plus en plus de gens souhaitent le transmettre à leurs enfants.
4 - Le picard, ça ne s'écrit pas
Le picard s’écrit depuis plus de 1000 ans, mais il est vrai que comme on ne l’apprend pas à l’école, ce n’est pas facile de l’écrire ni de le lire. Cependant, depuis plusieurs années, une orthographe s’est constituée qui permet plus facilement d’écrire et de lire le picard.
5 - Apprendre le picard, ça ne sert à rien
Apprendre le picard, c’est un choix culturel. Le picard fait partie de l’héritage de la Picardie dont nous pouvons être fiers. Apprendre le picard, c’est favoriser le multilinguisme, notamment dès l’enfance, et faciliter l’apprentissage des autres langues tout en marquant son attachement à son histoire.

Inscrivez-vous à la newsletter

Choisissez votre Langue

Événements à venir

Sep
16
sam
9 h 00 min Chés Wèpes, ch’festival picard T... @ Territoire Nord Picardie
Chés Wèpes, ch’festival picard T... @ Territoire Nord Picardie
Sep 16 @ 9 h 00 min – Sep 30 @ 6 h 00 min
Chés Wèpes, ch'festival picard Territoire Nord Picardie @ Territoire Nord Picardie
  Samedi 16 septembre – Naours Découverte du torchis Banquet des conteurs Dimanche 17 septembre – Beaumetz Concert-Bal Trad/Folk Samedi 23 septembre – Occoches Contes / sketches Dimanche 24 septembre – Rubempré « A mon d’chés[...]
Sep
23
sam
20 h 30 min Contes et sketches @ Occoches
Contes et sketches @ Occoches
Sep 23 @ 20 h 30 min – 21 h 45 min
Contes et sketches @ Occoches
Le duo picard Ti pi Mi (Sylvie Garcia et Jean-Marie François) réjouira vos oreilles et vos yeux en vous narrant les histoires drolatiques des figures populaires et truculentes du pays picard, « chés brongnes éd pèr[...]
Sep
24
dim
15 h 00 min « A mon d’chés gins » @ Rubempré
« A mon d’chés gins » @ Rubempré
Sep 24 @ 15 h 00 min – 16 h 15 min
"A mon d'chés gins" @ Rubempré
Petites histoires pour coin du feu ou d’autres coins dévoilées par la Compagnie du Reste Ici pour tout savoir des « tiots » secrets des habitants de leur « villache ». Avec leur dégaine farfelue, nos deux conteurs s’appliquent[...]
Sep
29
ven
18 h 30 min Mystères et superstitions @ Bernaville
Mystères et superstitions @ Bernaville
Sep 29 @ 18 h 30 min – 19 h 30 min
Mystères et superstitions @ Bernaville
Ravagée par un incendie en mars dernier, c’est autour de cette chapelle sans toit, marquée par la superstition de la statue de St-Maur que Laurent Devîme, conteur et chroniqueur, vous fera découvrir les mystères de[...]

Partenaires