Emmanuel Bourgeois (1826 – 1877) est le grand chansonnier sud-picard du XIXᵉ siècle. Très tôt, dès les premières années du Second Empire, il obtenait de francs succès avec des chansons comiques dont certaines sont restées célèbres : Les mollets d’Babet, Echl arignée (d’après Brûle-Maison) et adaptée par Chés Picardisantes ed Corbin, El Mardi-Gros d’Quiot Jacques (d’après Crinon), El Baptême èd Quiot Nicodème, et bien d’autres, dont une partie parut à partir de 1863 dans L’Almanach du Franc-Picard.

Come o-z ét ‘rchu par es’ fame quan-t o ‘rviènt du cabaret

Eqmint, t’aù l’front, triple ivrongne,
D’passéi tous tés nuits dehor ?
Arive ichi que j’t’étrongne
Et’ tète de ch’rèste ed tin corp !
Da m’moézon, fichue canalhe,
Tu ‘rvièn quand tu n’aù pu soé.
Mé jamoé tu n’i travaille
Ni foé l’euvre ed tés dis doéts.
Non, non,
Coéchon !
Ah ! j’n-in pèrdré m’rézon !
Ch’ét-jou ti qui tré no vaque ?
Ch’ét-ti ti qui foé l’moé d’eut ?
Ramone-tu jamoé t’baraque ?
T’ocupe-tu d’nos pquiot-z aignœs ?
Non.
Mé qu’o t’parle ed boère in queup,
T’é toujours prêt, gran-t invaleu !

 

Ch’ét-ti ti qui foét l’léssive ?
Pèrtri-tu l’pin qu’os mainjons ?
Quan-t ech porqué il arive,
Foé-tu rintré nos cochons ?
Vaù-tu charclé chés carotes ?
Erqueud-tu tin patalon ?
Mé-tu dés chindes sur chés crotes
Qu’chés glènes qui’ttë da l’moézon ?
Non, non,
Coéchon !
Ah ! j’n-in pèrdré m’rézon !
Quand té-z infants ont la foère,
Leu done-tu jamoé ch’poùt d’nuit ?
Prind-tu l’poéyèle-bachinoère
Pour leu récœféi leu lit ?
Non.
Mé qu’o t’parle ed boère in queup,
T’é toujours prêt, gran-t invaleu !

Non, porchœ, tu n’aù pu d’ame,
Sans chaù, tu plindroé min sort.
Pinse-tu a continté t’fame ?
Li prouve-tu qu’tu n’é point mort ?
Tu n’te doute point qu’no voézène,
Quoique pu vièlhe eque mi portant,
Pis’qu’ale vaù su s’quarantène,
Vaù coère avoèr in-n infant ?
Non, non,
Coéchon !
Ah, j’n-in pèrdré m’rézon !
Dvant l’monde, t’aù biœ foère tout come,
T’é-t in triste carcayou.
Tu n’é que l’réstant d’in-n ome,
Tu n’sé pu rièn foère du tout;
Non.
Éxcépté qu’ed boère in queup,
Tu n’foé pu rièn, gran-t invaleu !

Come o-z ét 'rchu par es' fame quan-t o rviènt du cabarét

par Pierre Duquet