Paul André (1941 – 2008) est né sur la frontière franco-belge, à Bléharies, dans le Tournaisis.

Proche de Francis Couvreur et Paul Mahieu par la géographie et par la langue, il l’est aussi par les thèmes et l’atmosphère de sa poésie, par la concision et la transparence de son écriture.

El rue Perdue

El rue
Perdue :
Toute grisse, toute noirte,
Qu’i dékind ène séchu
Dins l’ville.
Min.me pos in bleu tchien
Pou l’ver s’patte su lés dommaches dé guerre,
Min.me pos in infant qu’i jeue à marpes d’vant l’gazerne.

L’ “Environnement 2000” i a frémé sés leumières,
El Discounte i ést serré.
Mais Monsieu Bouglione i a v’nu coller s’n’affiche
Et au parfeond de l’rue
Perdue
I a ène rouche fille qu’i rit, qu’i rit
Su s’trapèsse
Et in lieon gaune qu’i crie, qu’i crie
Dins l’rue
Perdue.