Sélectionner une page

Épyserit

Parce que la troupe est originaire du village d’Épehy qui se prononce Épy en picard et que les acteurs, qui la composent, se rient de tout…
Il faut dire qu’ils sont souvent plus fous les uns que les autres et leur complicité leur permet d’entraîner les spectateurs dans de vrais délires et autres crises de fous-rires.

Chaque pièce, écrite par Michel Delaire, le responsable, permet de se moquer des travers de tous ceux qui nous entourent mais aussi des nôtres. Et les dialogues sont émaillés d’expressions picardes imagées, suggestives et souvent railleuses

La troupe Épyserit crée, chaque année, un spectacle comique original utilisant le picard local.

  • 2016 : “Ch’minteu”
    Voilà qu’un personnage plus que bizarre est de retour dans sa famille !
    Il s’agit de Michel-Archange Esmarrone, qui a quitté le village, il y a plus de 40 ans.
    Ce personnage, très particulier, va d’abord surprendre par ses vêtements, par ses attitudes mais surtout il va bientôt faire souffler un certain vent de folie sur son entourage avec les promesses qu’il va lui faire.
    Mais qui, ce Michel-Archange va-t-il retrouver ? D’abord son frère, Barnabé, surnommé Padac’ouais, marié à Georgette Tinvenin (nom vraiment prédestiné puisqu’elle le jette vraiment son venin), son autre frère Casimir, marié à Amélie Padsus, et sa sœur Ella Esmarrone mariée à Adhémar Escarette. Il y a encore Zéphyrin, fils de Casimir et Amélie, qui s’est marié récemment avec Erika, parfois surnommée « Et rit quand alle s’brûle ». Erika est la fille d’Eugénie Selnipoive (et pourtant avec elle, la vie n’est pas fade !) La voisine d’Erika et Zef est Fernande Latête (on dit d’elle que c’est vrai qu’elle peut faire nan de la tête sauf quand on lui verse un verre !). Et puis il y a la commère du village, Catheline, surnommée « Quat’ lingues » vu qu’elle ne pourrait pas en raconter autant avec une seule langue. Enfin cette Catheline a une nièce, Eva Touvoudir, qui a dû hériter des dons de sa tante puisqu’elle a choisi le métier de journaliste.
    Et les sketchs de la seconde partie :
    “A l’ Sécu !”
    Les acteurs vous emmèneront dans un bureau de Sécurité Sociale et joueront les caricatures des différents personnages que l’on peut y rencontrer, aussi bien parmi le personnel que parmi les assurés qui viennent pour des réclamations souvent invraisemblables.
    “Ches keups d’téléphone publicitaires”
    Nous sommes tous confrontés régulièrement par ces coups de téléphone qui nous dérangent et qui deviennent souvent insupportables! On nous propose des économies d’énergie avec des fenêtres, des panneaux solaires ou je ne sais quoi. Ou encore, il s’agit d’un sondage (bien souvent « bidon » ) pour nous vendre ce dont nous ne voulons absolument pas. Et on en passe. Les acteurs vous montreront comment vous débarrasser d’eux.

 

  • 2017 : “In a ti du ma !”
    Pétronille va faire une cure thermale à St Amand les eaux, elle est accompagnée par son mari, Hercule Monlapin, que l’on peut qualifier d’hypocondriaque. Ils ont loué un studio à Jean-Loup Pepahune et sa sœur, Jane . Là-bas, ils rencontrent d’autres locataires : Benjamin Cukigratte, sa femme Gertrude et la sœur de cette dernière, Amélie Hennebaffe, ainsi que d’autres curistes comme la naïve, Line Ocente. Ils ont aussi la surprise de voir arriver successivement leur neveu, Philogomme, étudiant en médecine, qui a malheureusement raté son concours et est employé à la cure, puis la mère de ce dernier, Anna Tiduma. Tout ce petit monde a quelques petits problèmes de santé, plus ou moins réels d’ailleurs, et certains feront appel à une hypnothérapeute, Irma Midbout ou encore se laisseront tenter par les produits miracles qui leur seront proposés.
    En seconde partie, plusieurs sketchs permettront de rire avec, entre autres, des gaffeurs ou de bonnes commères qui, comme chacun sait, sont toujours exemplaires, ne disent jamais de mal des autres

 

  • 2018 : “Nigdoule !”
    Dans cette pièce, c’est ainsi que de nombreux personnages se traitent régulièrement les uns les autres ! Il faut dire qu’il y a bien souvent de quoi tant les uns sont naïfs et les autres, voulant jouer de belles farces, se font prendre bêtement à leur jeu.
    Philomène veut que son mari, Jules Prémyiprix, s’éloigne de la maison car elle va organiser une séance de spiritisme et elle a peur qu’il ne perturbe la réunion. Elle a invité ses amies : Emma Alabonne, qui aime citer des dictons mais qu’elle ne maîtrise pas bien, Anne Secinpu, bavarde impénitente, Honorine (dite Otorine) Haut, qui est sourde, Laura Dinsinplat, femme énergique et Euphrasie Démanière, parisienne qui vient d’emménager dans le village. Cependant Athanase Alcoule, mari de Zulma, femme qui n’est pas cool du tout elle, et Isidore, jeune homme un peu “neuneu”, viendront déranger la séance. Par la suite, Constant Doule, un grand farceur que l’on surnomme Aquilé (et vous comprendrez pourquoi en voyant la pièce) voudra aider Jules à dégoûter sa femme de ces histoires de revenants…
    Mais on voit, par la suite, que, comme dans la fable de La Fontaine, :”Tel est pris qui croyait prendre.” Et on peut rire de tous ces personnages caricaturaux prêtant le flan à la moquerie.
    En deuxième partie, de nombreux sketchs introduits par des présentateurs plutôt loufoques ont encore permis de rire avec
    – des commères mauvaises au plus haut point alors qu’elles s’estiment parfaites,
    – un amoureux éconduit qui n’arrive pas à être bien compris alors qu’il pensait sortir de belles phrases, espérant passer pour quelqu’un de vraiment cultivé.
    – des horoscopes qui se contredisent
    “Ch’ziuteu”, le fameux sketch de Jean-Claude et Yvon, réclamé par beaucoup (Ils étaient nombreux ceux qui voulaient le revoir)

 

  • 2019 : “Hippie ch’est toute”

 

Épyserit
Michel Delaire
epyserit.jimdo.com
m-delaire@orange.fr
03.22.86.67.58