Édouard Paris (1814 – 1874) est né à Amiens. Il fait de bonnes études au cours desquelles il se montre brillant, particulièrement en mathématiques, en physique et en chimie. Il enseigne les mathématiques, ainsi que le grec et le latin, avant de devenir en 1842, vérificateur des poids et mesures. Fonctionnaire de grande valeur, il est nommé en 1873, vérificateur en chef pour tout le nord-est de la France (17 départements).
Dans son article nécrologique du Messager d’Amiens, Daniel Gavet écrit : “Monsieur Édouard Paris était géographe, arpenteur, mécanicien, hydraulicien, typographe, excellent typographe, musicien, relieur, etc., etc. et d’ailleurs que n’était-il pas?”

Sa traduction de l’Évangile selon saint Matthieu en picard amiénois parut à Londres en 1863, précédée d’une important Note sur l’orthographe picarde. Il a en effet tenté de mettre au point un orthographe rationnelle pour le picard et c’est là aujourd’hui son principal titre de gloire. La méthode Paris est très rigoureuse : “Le picard, tel qu’aujourd’hui on le parle à Amiens, renferme 36 sons radicaux ou effets phoniques simples et élémentaires. Pour représenter ces 36 sons, nous employons 36 signes auxquels nous convenons de donner une valeur invariable de prononciation”.

S’Sint Evanjil slon sin Matiu :
Chapit XXVIII

 

  1. Ell ésmangn lô étan finit, éch prinmié jour éd chèllô d’apré vnoué dé kminché a rluir, ék déjô Mari-Madlangn, pi l’eut Mari on vnu pour vir él tonb.
  2. Pi tou d’inn inkeu i s’é foué in gran trannmin d’tèr ; kar inn anj éd Diu ô déchindu dé ch’tan, p’il ô vnu kyulbuté l’pièr k’étoué à l’intrè dé l’tonb, é pi s’ét asi dsur.
  3. Sin vizaj i rluizoué konm inn éklèr, pi s’vétur al étoué blank konm dé l’néj.
  4. Ché ouardeu i nn’on tè si tèlmin épaveudè d’peur, k’i son vnu konm dé mor.
  5. Mé chl’anj, in s’adréchan a ché fanm, leuz ô di : Vou, n’krindé pouin ; és sè k’ô vné kyeur Jézu k’ô tè ahokyè a inn krouè.
  6. I n’é pouin ichi ; kar il é ravivè.konm i ll’avoué di. vné, pi béyé chl’indroué ou’è’ch k’ s’Singnor avoué tè mi.
  7. I srô dvan vou in Galilè ; ch’é lô k’ô l’vouérè ; j’vo’l di d’avinch.
  8. Lô dsur ché fanm iz on sorti bé rad dé ch’mônumin, nin tranan d’por é pi jouè ; p’iz on kouru anonché chô a ché disip.
  9. A ch’mômin lô Jézu s’ét étanpi dvan èl, pi leuz ô di : Ej vô salu. Pi èl, in s’aprôchan, iz on bouéziè sé pié, p’i ll’on adôrè.
  10. Pour lor Jézu leuz ô di : N’euché poin por. Alé dir a mé frèr k’i s’in vouèchtt in Galilè : ch’é lô k’i m’vouéron.
  11. Konm ché fanm iy alouètt, kyèkz in d’ché ouardeau son vnu a l’vil, p’iz on rakonté a ché prans éd ché prèt tou ch’ki s’étouè pasè.
  12. E pi chèt lô s’étan rasanné ave ché sénateu pi ayan dvizè insann, iz on bayè in grô mon d’arjin a ché solda,
  13. In leu dizan : Dizé k’sé disip iz on vnu par nui, pi k’i ll’on prin pindan k’ô dormouètt.
  14. Pi si ch’gouvèrneu vyin a l’savouèr, ô l’ramidôlron, pi ô vô métron a sôv.