Édouard David (1863 – 1932) est né à Amiens, dans le vieux quartier Saint-Leu. La famille vit chichement : le père est tisseur, et le petit Édouard a neuf frères et sœurs. La mère, complètement illettrée, a la réputation d’être une excellente conteuse. L’imagination de l’enfant se nourrira aussi aux séances des cabotans, les marionnettes locales.

El Naissainche ed l’Einfant Jésus

“Pièce en 3 actes à l’usage des théâtres de cabotins”, El Naissainche ed l’Einfant Jésus (1905) annonce le théâtre de Dupetit par la place qu’elle accorde à la fantaisie et au
merveilleux. Le célèbre pantin Lafleur, sur l’ordre de Gabriel, se rend à Béthléem, auprès de l’enfant Jésus II arrive la nuit, durant un orage.

Lafleur (dans la coulisse)
Nom des bois ! ch’l’éclair aile o fusé comme un pet de Suisse qu’mes cavieux i doivent être grillés comme chés poils d’ein ptchot cochon. Qué temps, min Diu ! ch’l’hernu i randonne à grands cœups à vous faire tranner comme einne feuille. (Il frappe à la porte). Hé, chés geins, ravisez donc, ouvrez, ch’est mi, ch’est Lafleur.

JOSEPH
Quel est cet étranger ? Dois-je ouvrir, Marie ?

LAFLEUR (s’impatientant)
Bé quoi ? Chés geins, gno-t-i quéquein ? S’i gno personne, disez-lé que j’m’ein r’voiche et n’atteinche point pus longtemps.

Marie
Ouvrez, Joseph, ouvrez : seul un envoyé du Seigneur peut venir à cette heure.

Lafleur (chargé d’un lit d’osier)
Ouf ! Ah ! (il respire). Ah ! (il se décharge). N’ein vio einne d’trotte avu cho su min dos. Mais i feut que j’diche bonjour à chés geins. Bonjour José, bonjour la Vierge, bonjour éch’ tchot mouqu’ron d’Einfant Jésus. Cho vo-t-i miux d’pus l’temps qu’je n’vous ai janmois vu ?
Nom des bois ! j’agglave ed soi…

JOSEPH
Mais dites-moi, s’il vous plaît, le motif heureux de votre visite ?

Lafleur
D’abord, cho n’est point por ein motif, ch est pour eute cose. (Il éternue). Atchi ! Diu vous einvoiche da ch’paradis s’i n’mé feut point huit jours por vous conter m’n histoire. Que bieu tchot mouqu’ron, comme il est rétus, ch’est l’portrait d’sin père tout craché. Mais o permettez que je vous raconte c’meint qu’a m’est venue l’idée d’avoir einne idée de v’nir vous vir.

JOSEPH
Nous sommes tout oreilles, Monsieur.

LAFLEUR
Nan, lo, sans blague, appelez-mé Lafleur tout court conme des viux camarades. Chaque fois qu’o m’appelle Monsieur, o diroit qu’os écrase einne punaise su min nez.

JOSEPH
Nous vous écoutons, Lafleur, puisque vous désirez être appelé ainsi.

LAFLEUR
El temps d’preinne einne chique d’tabac et pis cho y ; est… Laà… M’vlo… o n’avisez point qu’avant-z-hier :
Oh ! qué journée qu’chelle-lo, j’el l’avois passé à l’tinette de l’coeuchie d’Sant-Leu aveu Tchot Biaise, si bien qu’à forche d’mette tchots pots su rinchettes, o sommes reintrés à brouette à no moison de l’Pleinmette. Je n’pux point vous dire ch’qui s’est passé, j’ne l’sais pus. Toujours est-i que j’ronflois conme ein ju d’orgue quand tout d’ein cœup, pouf ! ej seins conme ein grand cœup d’poing qu’o randonne su m’panche.

‘‘Dis donc, que j’dis à Sandrine, t’os point bientôt fini de m’randonner d’Ia sorte. — Ah ! ça, ch’que tu d’viens fou, qu’à m’dit, je n’te touche mi. — C’meint, tu n’me touches point ? — Tu t’tairos, pétète, t’es coire seu. — C’meint, j’sus seu. — Bref, après nous être bien disputés, je m’reinfonce da min lit. J’avois mes yux à pangne frémés qu’tout d’ein cœup, pouf ! coire ein grand cœup d’poing su m’panche. J’allois agripper Sandrine et li foire sortir sin crocro quand, pa ch’l’echminée, j’einteinds einne voix qu’allé crie : “Lafleur, leuve-te !” Bon, qu’je m’dis, ch’est Tchot Biaise qui vient m’querre por aller à l’pèque. je m’Ieuve, je m’habille, j’cours à l’fernète de l’cambe.
Boin Diu ! j’ein tranne coir… tout là-heut, bien pus heut que ch’coq ed no Cathédrale, vio qu’j’aperchus einne étoile avu des picots tout ein dor, Ch’est jou qu’i gn’airoit l’fu su Saint-Fuscien, qu’je m’dis, tellement qu’allé miloit. Patatrac ! ein éclair sui d’ein cœup d’hernu. Ch’ciel, conme si qu’o li foisoit einne opération, il ouvre s’panche ed d’où sorte ein bieu ptchot jonne homme, rétu conme chés tchots chuques qu’o veind à l’Saint-Nicolas. “Lafleur, qui m’dit, j’sus l’ange Gabriel. — Ah ! t’es l’ange Gabriel, que j’Ii dis, eintre da no moison, tu diras bonjour à Sandrine, pis tu boiras la goutte avu nous ! Os-tu apporté tes langnes pou v’nir à l’pèque ?… — Alors, je n’sais point quoi qui l’o bafouillé, mais i m’o dit : Tu n’iros point à l’pèque. Tu vos einbracher t’fanme Sandrine, tes jonnes, tu f’ros tin paquet, pis t’iros à Béthléem adorer ch’fiu de ch’papa boin Diu qui vient de v’nir da l’monne. — Mais, que j’Ii dis, j’n’ai point ein sou d’avanche, j’ai tout bu hier avu tchot Biaise.
— Marche, qu’i m’répond, t’es connu d’tout partout, o t’f’ro crédit. Et pis j’sus v’nu et pis me v’Io.

 

El Naissainche ed l'Einfant Jésus

par Laurent Devîme