Hector Crinon (1807 – 1870) est né à Vraignes-en-Vermandois, à quelques kilomètres à l’ouest de Vermand. Originaire d’une famille de paysan (haricoutchi), il deviendra lui-même cultivateur.
Selon Breuil, son biographe, Crinon écrivit en 1830 des chansons révolutionnaires, dont plusieurs en picard. Il publia même un recueil de ces chansons, mais aucun exemplaire n’en a été retrouvé.
Crinon s’interessa à la sculture et travailla dans l’atelier d’Auguste Dehaussy, à Péronne. Il participa à la restauration de plusieurs églises du Vermandois, mais presque toutes ses scultures ont été détruites pendant les guerres.
Après la révolution de 1848, Crinon se remet à écrire en picard. Mais, cette fois, il est du côté des conservateurs, et il consacre sa première satire à la dénonciation des “partageux” (juin-juillet 1851). Les Satires paraissent dans le Journal de Péronne, avant d’être réunies en 1863 dans un volume publié chez Recoupé, à Péronne.

Satire I – Les Partageux (extrait)

In n’éra pus b’zoin d’servir pour maingi ;
Tout ch’bien, qu’in dit, va ête partagi.
Cha voura coire émieux q’chés républiques ;
In n’éra pus d’moite et ni d’doumestiques ;
Outant l’ein q’I’eute in’s’ra cht’heure tertous ;
Chés grous ceinsiers i n’ s’ront pau puss eq nou ;
Tout i pioch’ra, dit-on, pour eq j’el croiche,
J’vous avoûrai, m’z’amis, qu’i feut q’j’el voiche.
Q’meint partagi tous chés quiamps, chés catcheux,
Chés bieux bounets, chés controns, chés mantcheux ?
In s’inteindrot pour partagi tout l’terre,
Quant in n’s’inteind pou’ l’succession d’sin père !
Chaquein vourot toujours avoir raison,
Quaisir pour li el pus belle mason.
Q’meint conteinter tant d’geins et pis d’tant d’sorte’,
Qui vont truver leu part toujours troup tchote,
Qui vouront d’z’ieux quand il éront des bous,
Pis des soûlés, si l’leux vient des chabouts ?

J’gaj’ros, m’z’amis, min eu conte ein visage,
Q’huit jours après fouro r’q’meinchi ch’partage ;
L’ein dounn’ro s’part pour ein verre ed brain d’vin,
Ein eute à carte’ i perdra sin frusquiu,
Taindis qu’ed z’eute’ i dounn’reint à chés fèmes
Les fous qu’i sont, jusqu’à leux dernierr’ plèmes.
Pis chés truands, qui manq’ront souveint d’pain,
Les laiss’ra-t-on, cheux-là, moirir ed faim ?
Pusse eq nous s’rons oussi riches l’ein qTeute,
In n’voura pus fouaire errien pour l’einn’ l’eute,
Foura q’chaquein i cultive sin cuin,
Meuche sin blé, s’in li prête ein moulin.
Chés coutriers n’f ront q’pour eux des casaques,
N’boiront du lait q’cheux qu’il’ éront des vaques,
Et si gn’in manque ed vaque’, ess z’amateux
S’arrainj’reint-i s’i-i ’n’aveint qu’eine à deux ?
Ech pus malin i boira tout l’traiture
Pour éviter à l’eute ed maingi ch’burre.
Vous convarez q’cha f ra ein bieu gabgi,
Si, coume in dit, in va tout partagi.

Vraignes, 1er juin 1851.

Satyre VI – Petites misères de la vie des campagnes (extrait)
à M. Bazot, notaire à Amiens

Vous qui n’maingez q’des croûtes ni jounes ni vielles,
Vous dreins bien ploine el sort ed chés varlets.
Vous sz’ez pas vus sourtir ed leux saclets,
In f’sant des deints si longues q’des broques à vielle,
Ein mourcheu d’pain si dur eq des galets,
Tout rissoulé, si gris qu’eine alémelle,
Quitfos musi, tout vert à fouaire peur,
Avu del barbe outant qu’ein viux sapeur.
Pou l’fouaire passer, s’in euche oucouère à boire,
Chés fos qu’i reste arac dins sn’avaloire I
Mais ouite ! après l-l’avoir bien ertourné,
I feut l’maingi coume in M’a détourné,
Tout in-part-li, tout set, l’croûte avu l’miotte.
Pour ercangi, l’Iein’main ch’est couère l’même note.
Et quand i plut, qu’in erchut sur sin dous
Ein bon tahu qui vous treimpe jusqu’oux ous,
Qu’i feut marchi, plaqui jusqu’à sz’éraiiles,
Qu’el frod i vient rougir coume des cournailies ;
Pis ragreuir ses dogts tout ingourdis,
Vous nous voireins reintrer tristes et wouaudis,
Tout p’neux, ercrans d’plapouter dins chés bourbes,
Imbarbouillis outant q’des faseux d’tourbes,
Eq vous n’sreins pouant teinté d’cangi d’metchi.
Feut l-y’ête elvé pou l’fouaire voulintchi.
(…)

Pour ertirer ein tchout pusse ed chés terres
Si vous saveins q’nous z’y’ons ein ma d’galère !
Hiver, été, in s’tourmeinte apris ch temps.
Fouat-i troup frod, ch’est ch’gouza qui s’ingèle ;
Fouat-i troup queud, in appréheine ech grêle.
Qmeint voulez-vous fouaire eine goutte ed bon sang ?
Si l’souleil luit, in vourot qu’i s’ermuche,
Ch’temps s’couvert-i, in trane ed peur qu’i pluche ;
Cha trot du bien : esz’ avoines i n-n’ont b’zoin ;
Mais s’i plut d’troup, cha fra pourrir ech foin.
Pour conteinter, pou l’bien, fourot qu’i fouache
Set par indrot, humide et frais par plache.
In s’déjouquiant in gn-est imbarachi,
Ed tant d’ouvrage in n’sait pa l’quel qmeinchi.
S’in farot bien, qu’in s’dit, in irot feinne,
Si l’temps s’ermet, l’terre a s’mettra in cheinne ;
Apris rissure in trot dl’ouvrage ed dieux,
Mais s’il erplut, in fra du pis-que-mieux ;
Qu’a quièche à dague et qu’el terre a s’ercouenne,
Foura sus l’herche in gveu pour el ratoinne.
Quand in a bien consulté s’femme et ch’veint,
S’in a du temps coume i feut pour el smeinche,
Ch’est ou hazard qu’in l’dot el pus souveint.
El réussite in tout veut mieux qu’el scieinche.
Vous rchuvrez dz’és sans avoir ein piquion,
Taindis qu’in eute i s’noira d’ein raquion.
(…)

Petites misères de la vie des campagnes

par Pierre Ivart