Expositions
Comment emprunter nos expositions Array Imprimer Array  Envoyer

 

Il vous suffit de nous retourner par courrier la fiche de prêt ci-dessous, en deux exemplaires, complétée et signée, accompagnée de votre séléction de panneaux, d'une attestation d'assurance tous risques expositions et d'un chèque de caution de 200€ au nom de l'Agence pour le picard qui vous sera restitué au retour de l'exposition.

 

Téléchargez la fiche de prêt en cliquant ici !
 
Ches bindes à dessin in picard / La bande dessinée en picard Array Imprimer Array  Envoyer

Une exposition de 20 panneaux sur la bande dessinée en langue picarde des origines à nos jours.

 

Une exposition réalisée par Jean-Luc Vigneux, produite par « Langue et Culture de Picardie ».

Un panorama de la bande dessinée d'expression picarde est proposé dans la vingtaine de panneaux de l'exposition. Synthétiquement rédigé et richement illustré (comme il se doit en la matière !), les informations nous étonnent d'emblée. Ainsi, nous découvrons que la B.D. en picard est apparue en 1887 dans un almanach valenciennois ! ou que quelques planches seront imprimées à Amiens à \'entre-deux guerres. Langue picarde et dessins se sont donc accordés très tôt pour produire une vaste littérature populaire. Il faut cependant attendre 1946 pour que paraisse à Gamaches (80) la première planche des aventures du héros Jacques Croédur, sous le trait de Jack Lebeuf. Après quarante ans de travail, entouré de deux dialoguistes, Lebeuf est l'auteur de huit longues histoires et d'un album (« Jacques Croédur i voéyage », 1984, éd. Ch'Lanchron). Le grand monument de la B.D. originale en picard se lit dans ces milliers de dessins-là !

 

Des B. D. originales...


Un tournant est amorcé dans la bande dessinée régionale fin 1980, avec la publication à Tournai (Belgique) de la première aventure de Tintin traduite en picard : « Les pinderleots dél Castafiore ». Lucien Jardez signe cette adaptation d'après Hergé. Elle fera date. Désormais le picard joue dans la cour des grandes langues régionales. Il sera pris à nouveau au sérieux par Astérix en 2004, quand les Éditions Albert René lancent « Astérix i rinte à l'école » (Goscini-Uderzo). Le succès de ces albums est sans précédent. On dénombre plus 60.000 exemplaires du Tintin en picard vendus en 25 ans, et 94.000 exemplaires pour Astérix en cinq mois seulement !

L'abondance des oeuvres présentées dans l'exposition surprend le visiteur. Les personnages traditionnels de Picardie font leur apparition au fil des bulles. Ici ce sera Lafleur (chez Fraco, Rieux, Gilleron, Caron, ou Dulphy), là Florimond Long Minton ou Cafougnette. Mais l'imagination des auteurs (on en dénombre près d'une cinquantaine) enfante de nouveaux héros qui s'appellent Isidore Laforge, Boin Baron, Baptits à l'Toil, Nanar, ou récemment Ch'pére Pachnord. La presse locale a contribué activement à la promotion de ces créations. C'est notamment le cas dans le Vimeu, avec les publications hebdomadaires, entre 1975 et 1980, de cinq récits de Jacques Guignet et Armel Depoilly, ou de trois fantaisies historiques signées Jacques Dulphy. Des albums paraissent dans tout le domaine linguistique picard : « El Cid » dans sa version picarde de 1996 est mis en B.D. à Wasquehal (59) ; la vie du poète Jules Mousseron est racontée dans « Ma vie à l'fosse » en 1994 ; en 2000 ce sont deux volumes de gags de « Chés carbonniers » de Gilles Doutreligne (62) ; quant à « Chl'épèe d'Bruchadin » de Jacques Dulphy, elle a marqué en 1977, le début des réalisations d'histoires en véritables albums. En ce qui concerne les pionniers, notons qu'après vingt ans de création des épisodes de la vache picarde « Mérgrite et pi ch'patron » et l'édition d'un recueil, l'Amiénois Jean-Bernard Roussel réalise son premier dessin animé en picard en 2005 : « L'cloture ».

 

...aux B. D. de traduction


D'autres héros leur emboîteront le pas. Le Poje (Carpentier-Cauvin) deviendra « L'ainnée d'la bière », par exemple. Mais Tintin reprendra la main en septembre 2005 avec deux nouveaux albums tournaisiens, dus cette fois à Bruno Delmotte : « El' sécrét d'La Licorne » et « El' trésor du Rouche Rackham ».


Il conviendrait d'ajouter un nouvel élément à cette exposition pour mentionner l'actualité 2007. On annonce un second volume des aventures d'Astérix (« Ch'village copè in II »), et bien entendu la sortie de la quatrième aventure de Tintin, en picard de la Somme, cette fois : « Ch'cailleu d'étoéle » !



 
Un autre sport de Picardie… Le Javelot Tir Sur Cible Array Imprimer Array  Envoyer

Le jeu de javelot est un sport qui s’est développé principalement dans le Nord de la France. Avec le javelot de l’athlétisme, ils ont tous deux la même origine : la lance des jeux olympiques antiques. En 1337, un décret de Charles V promeut les jeux à caractère militaire ce qui permettra l’essor du javelot. Il devient alors un moyen d’échanges et de rencontres et c’est tout logiquement qu’il s’installe dans les cours et les arrière-salles des estaminets du Nord à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème siècle. Il devient même une discipline sportive à part entière en 1984 , à la suite de la création de la Fédération Française de Javelot Tir Sur Cible.

 
Les sports et jeux de paume en Picardie Array Imprimer Array  Envoyer

Le ballon au poing ou la longue paume, avec la balle à la main et la balle au tamis, sont des jeux de paume qui nous viennent de l'antiquité. La Picardie est une des rares régions où ils sont encore pratiqués et où deux d'entre eux, le ballon au poing et la balle à la main, sont reconnus comme sports par l'Etat.

Les jeux de paume sont aussi un excellent moyen de découvrir la culture populaire de Picardie. D'abord par le vocabulaire qui est utilisé par les joueurs et qui est directement issu de la langue picarde. Ensuite parce que assister à des compétitions, c'est souvent l'occasion d'entendre des mots de picard, de retrouver cette langue telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui, dans un climat de camaraderie et de chaleur humaine. Pratiquer les jeux de paume, c'est l'occasion de rencontrer la Picardie, ses habitants, ceux qui font son originalité et sa diversité.

Mais leur pratique a également marqué le visage des villages dans toute la région. Beaucoup d'entre eux possèdent un terrain bordé par une double rangée d'arbres où l'on jouait à la paume. On oublie souvent, car on ne le remarque plus, que de nombreux noms de lieux, de rues et de places sont issus de la paume.

Chaque année, le 15 août au parc de la Hotoie à Amiens, les fédérations de ballon au poing et de longue paume proposent une grande fête des sports, des jeux et de la culture picarde avec le soutien financier du Conseil Régional de Picardie.

 


Agence pour le picard
4 rue Lamarck
80000 Amiens
Tél. 03 22 71 17 00