Philéas Lebesgue (1869 – 1958) est né et mort à La Neuville-Vault. Cultivateur, il est aussi écrivain. Il écrit poèmes, romans et tragédies, établit des traductions d’œuvres de la littérature portugaise, collabore au Mercure de France, rédige des articles de journaux et échange une importante correspondance avec des auteurs et artistes de son temps.

L’tayonhne et pis s’tchot’ fille

Ein heut de l’côt’ qu’os appéll’ Point du Jour,
Ein n’a un vieux poérier qui tranhne.
L’tonhnearre i battait d’sin tambour :
I f’sait keud, i f’sait lourd.
L’vieuill’ fanme et pis tchot’ Jeanhne,
II étiont v’nuyes s’assir einsanhne
Su ch’reindé, pour se r’poser.
Un monsieu d’là ville, j’ m’ein doute.
Arrivé à l’fourque d’chés routes.
Reste étampi, eimbarrassé.
I fait seinne, i tome, i n’sait mis sin c’min.
El tayonhne a s’in vient à li. All’ éteind s’main :
« Par ichi ch’est Jouy, par là ch’est l’Housswèye. »
Hl’honme i voulait Ch’Vauroux. Accouvéye conme unhn’ ouèye,
Tchot’ Jeanhne a n’bougeait mie. — Ch’était l’monmeint d’seuter
Vla qu’ Grand-Mér’ débondiss’ ail’ criye ein einvieus’té :
« Lév’ tin tchul pis montr’ z’y à ch’ t’ honme ! »

Su l’mouss’ de ch’bos

Par driére ch’bos des Abrets,
Où que l’vint d’riff i n’souff janmeàs,
Au bord de ch’vieu k’min d’sabl’ qui s’in r’torne à Courchéle,
Par driére ch’bos des Abrets,
Ein n’a de l’mouss’ pareille à de l’dintéle.

Quant el soleil il y deschind,
Ch’est pus doux qu’un lit d’paure gins :
Rien qu’ d’y pinser je nn’ai min tchœur qui s’inchorchéle ;
Quant el soleil il y deschind,
Ch’est Tuei qu’ je rweis su ch’ k’min d’Courchéle.

Ch’est Tuei qu’ je rweis aveuc tin r’gard
Clér conme unh’ matinnéye d’mar.
Quant el rouséye ail’ jétt’ su hT heàrbe d’s étinchéle ;
Ch’est Tuei qu’ je rweis aveuc tin r’gard
Qu’était pour moei conme l’seàson nouvéle.

 

Par là quéqu’ part sous un bouillet.
Os ons tchceuilli l’pus bieù muguet
Qu’o peuch’ trouweir à deux quand l’feùvette ail’ rappéle ;
Par là quéqu’ part sous un bouillet.
Os ons tchceuilli nous deux l’fleur el pus bêle.

Par driére ch’bos des Abrets.
O ne r’veàrrons donc pus janmeàs !
Ch’est-ti qu’ tu n’as pas fret par là-bas quant i gèle ?
Par driére ch’bos des Abrets,
Viens tôt t’assir su l’mouss’ finhn’ in dintéle.

 

C’mint qu’ tu peux dormir dins tin treu,
Dins t’rob’ coudùye aveuc des cleus ?
J’ te beàrch’rai dins mes bras, si tu veux, m’tchot’ Zabéle !
C’mint qu’ tu peux dormir dins tin treu ?
Viens tôt proum’ner au bord de ch’ k’min d’Courchéle.

Tout est cor à l’meunm’ plach’, weis-tu,
Chés bouillets blonds, chés keinn’ brantchus ;
El mousse et pis chés fleurs i sont cor aussi bêle ;
Tout est cor à l’meunm’ plach’, weis-tu !
N’a qu’ Tuei qui manque ichi à l’ritornéle.