Jules Watteeuw (1849 – 1947) est né à Tourcoing. Il écrit très jeune des chansonnettes en français. En 1868, il fait ses débuts de chansonnier et commence à interpréter des textes en picard.

 

L’genèfe

Mais les ceux qui z’ont l’aplomb, in peut dire, ch’est les femmes, l’Iundi au matin, in v’nant au marché !

Y much’tent vin inné petite cantine d’u qu’in vind des jattes ou ben d’z’assittes, sot dijant pour aller d’aquater, mais, vous allez vir pouquo qui sont rintrées. Accoutez :
—    Si in buvrot inné petite goutte, Zéphine ? pindant qu’in est chi ?
—    Bé, ouais, tin, je n’sais po… in dirot qu’min déjeûner n’veut po foncer… d’t’a l’heure j’ai bu inné goutte de douche, ch’est acor pisse… j’vas boire in p’tit verre de g’nèfe, euch’teur.
—    Bah ! bah ! ch’est pasque te t’fais toudis de l’misère… t’as tin corps tout rinserré… Donnez deux gouttes, allez… Ch’est comme mi, vin l’temps, j’avos tellemint du chongrin qu’min tcheur y a déplachi, y avot des momints qu’j’avos d’z’inflextions vin min vinte, que j’pinsos qu’j’allos morir, ch’étot min tchœur qui déchindot… d’après chin qui dijot l’méd’cin… mais aussi, Zéphine, du qui n’d’à inné qui n’d’a tant passé qu’mi ? hein !… à vou santé… ah ! qui pique !
—    Ah ! boû… cacaque… quo qu’les hommes y boittent tout… brrou… rimpliji nou verre, allez, c’I’homme.
—    A vou santé… ah ! boû… Mais, Zéphine, crie après Juliette qu’iH’passe, là, inveuc sin quertin… tape sus les vrites.
—    Liette ! Liette !
Et v’Ià Liette qu’ill’rinte.
—    Tin, danisse ! ch’est Zéphine et Zoé ! et qu’mint qui va ?
—    Bé, y va ben, in vint justemint d’vudi nou verres, te vins juste à pont pou payi inné tournée.
—    Et bé, tin, in porot faire pus magemint… donnez tros verres, allez, c’I’homme.

Et v’Ià qu’in rinconte l’petit conte, in fait essin deux tros capelles… in chufelle in tarin par chi, in anisse d’in aute côté, inne absince acor d’in aute côté, in ervint à s’majon inveuc l’rouche nez… I’homme y n’a po à dîner, y dit à s’femme pou l’faire indever : apres dîner j’n’irai nin ovrer. Y bertonne, y rutelle et v’la l’ménache jus d’l’achelle !