Aimé Savary (1917 – 1995) est né dans le Nord-Amiénois, à Beauquesne. En 1983 il réuni sous le titre Etchettes (« copeaux ») différents textes dont une extraordinaire trilogie en alexandrins, Ch’Pain, Ch’Lait, et Ch’l’Ieu. Dans chacun de ces trois longs poèmes très solides, remarquablement scandés, le thème sert de fil conducteur à une minutieuse et émouvante reconstitution de la Picardie rurale d’avant-guerre.

Ch’l’Ieu

Y’avoait des puts d’commeune es’més dins chés villaches,
D’où qu’tut l’mon-ne i povoait tirer ses provisions :
Mergelles in pierre, in briques ou in bardache
Capieutées par un toèt tout comme pour ène moaison.

D’un gros treul in bos d’tchêne sortoaitent deux manivelles,
Ene qu’ai étoait in bos quant’ l’eute étoait in heut.
Au bout d’un cabe d’acier o z’ahotchoait chés seilles
A un crochet à r’sort qui s’arfreumoait tout seu.

Ech sieu i descheindoait in ouignant bellé rade :
O lâchoait l’manivelle pour s’éviter du mau
(Tchitte à r’truvoèr un jour ses mains in marmélade
In volant l’rattraper quant’ el s’imballoait d’trop.)

O z’attindoait un moet18’ pour qué ch’sieu i s’rimpliche.
(I prév’noait d’un cœup sé aus’tôt qu’il étoait plein)
O ratchoait*91 din ses mains pour qué l’ferralle al gliche,
O c’minchoait,10) à r’monter, ch’n’étoait pus l’même erfrain !

 

Pasqu’i z’étoaitent prufonds, chés puts. In s’balonchant
Comme un djudjusse éd foère qui monte pis qui descheind,
O tornoait l’manivelle, par escousses, in tédjant
Quarante ou soéssante piids, quant’ a n’étoait poas cheint.

Quant’ ech crochet butoait, folloait foaire l’acrobate,
In maint’nant ch’manicrac, tâcher d’aveinde ech sieu.
Quant’ ej tiroais tout seu, jén n’avoais plein les pattes,
Ej tran-noais comme ène feulle ed peur ed tcherre dins ch’treu

O z’attrapoait dont l’seille, sans rinverser ène goutte,
O l’ram’noait dsus l’mergelle, souvint blantchie d’merlon,
Pis o r’noait à s’maison, in groulant, pasqué l’route,
Avuc ène pérèlle carque, al paraissoait bién long.