Achille Saletzki (1881 – 1904) est né à Noyelles-Godault, arrondissement de Béthunes. Mineur d’origine polonaise, il écrit en patois en suivant l’exemple de Jules Mousseron.

La mort du galibot

Au fond du grand tro noir, perdu dins l’nuit profonte
Samuel mène un treuil, l’dangereux Treuil Leconte.
In fait quinzain’ Saint’-Barb’ ; l’binache est plein d’carbon.
Aussi sans printe el temps d’frotter l’sueur dé s’front
L’brav’ petit galibot nu jusqu’in bas d’l’échine
Bouillant, soufflant, finquant, comme unn’ pétit’ machine
Fait marcher les barous comm’ l’express les wagons
Soul’vant l’poussièr’ noirâte in épais tourbillons
Les ball’s déval’nt dins l’treuil comm’ dins l’foss déchind l’cache.
L’pouli grinche et crach’ feu comme un dragon in rache ;
L’cord’ siffl’ comme un serpent ; les lourtes chaîn’s ed fer
Faitt’nt un bruit effroyage. In s’crorot in infer !…
L’treuil marche à tros barous ; il est assez rapite.
Les galibots du pied s’dégourditt’nt au pus vite
Pou fair’ manquer in haut, mais sans y parvenir.
Manquer à Samuel ! i s’f’rot putôt mourir !

In vient d’sonner ahu. Les belin’s plein’s sont prêtes.
L’barrière est cor fremée, pindue à des chaînettes :
L’galibot l’ouvre, imballe et… pousse un cri d’horreur.
Les trois balls part’nt au fond ! décroché’s !… Pris d’frayeur
Samuel s’est d’abord intassé dins s’cabaine.
Dins s’niche i peut s’flatter d’ête in sûr’té certaine ;
S’il y reste i n’peut même pas être égratigné
Mais ch’est sûr’mint la mort pou les gamins du pied.
N’étant point avertis du danger qui les m’nace
Les tiots sont in plein voée ; incore un p’tit espace
Et les ball’s comm’ trois rocs roulant du haut d’un mont
Vont v’nir les aplatir ainsi qu’des figu’s au fond.
Alors el’ galibot quitt’s vaillammint s’cachette,
I s’précipit’ dins l’treuil et fait marcher l’sonnette.
Oubliant s’propr’ danger pour sauver les deux p’tits.
L’vibrant signal d’alarme est juste à temps compris :
Les décrocheux sont saufs. – Mais au pied dé l’montane
Les ball’s ont accroché les barous vut’s in panne…

Lettre à Rostand
La lettre fut envoyée le 10 septembre 1903 à Edmond Rostand.

(…)
Ah ! Rostand ! j’in sus sûr, té vas éclater d’rire
Veyant qu’un inconnu t’adress’, du fond d’l’Artois,
Un’ lett’ sans t’edminder si té comprinds l’patois
Min cher confrèr … Té sais j’t’appell’ min cher confrère —
– Seul’mini i n’faudrot pas pou cha t’mett’ in colère
(…)
J’arprinds, Min cher confrèr, té voudros peut-et’vir’
Ch’ti qui t’pari’ si franch’mint; j’comprinds bin tin désir.
Aussi j’aros voulu mettr’ min portrait dins l’iettr’;
Mais, comm’jé n’d’avospoint, ch’tot difficil’ dé l’mettre.
Bah ! cha ch’est un obstacl’ facile à surmonter;
Puisque j’n’aipoint d’portrait, attinds, j’vas m’présinter :
T’n’as qu’à t’imaginer un jone homm’ comm’unn’perche,
Sec comme un morciau d’bos, droit et blanc comm’un cierche,
Veux deux ans – Bin avant, mineur ed’sin métier,
Mais, d’pus bétot trois ans, par maladie, rintier;
Rimeur qui crache el’sang, pauf rêveur gastralgique,
Têt’ fort bonn’, mais, seul’mint, corps qui n’vaut pus unn’chique.

A présint qu’té m’connos, Rostand, j’vas t’dire commint
L’idée d’t’écrire unn’lettr’ m’est v’nue tout dernièr’mint.
Ah ! d’abord faut qu’té sach’s qué j’ai pou comarade
Un jone homm’ fou d’tes vers. Quand nous somm’s in prom’nade
I n’cess’ pas d’déclamer. Quand i-a fini d’l’Aiglon
I r’prind du Cyrano. L’quémin nmé semb’ pas long;
(…)
Infin, à tout momint, i fait des allusions
A tes vers. Or, un jour qué m’comarad’ intime
Finissot d’déclamer certain passag’sublime,
l’m’ dit, dév’nant soudain aussi grav’ qu’un prélat :
—      «Dir’ qu’in verra jamais Fauteur ed’ces vers-là !
Dir’ qu’in n’pourra jamais li adresser l’ parole,
Ni li serrer ta main !» J’réplique alors au drôle :
«Si j’Ii féros unn’letl’ ?…Cros-tu qui m’répondrot ?»
—      «T’répondr’ ? un homm’ainsi ? qui m’dit, té déviens sot ?»
—      «Non ? je n’deviens pas sot ! et j’vas li faire unn lettr’;
/ m’donn’ra unn’ répons’, j’in sus certain. »-«Peut-etre»
(…)
Et nous avons parié. J’compt’sur ti, cher confrère,
Pou n’point perdr’é m’n’argint. Té répondras, j’espère.